Deux garnitures indiennes: riz épicé et petits naans (pains indiens)

Riz épicé

Ingrédients pour quatre personnes environ:

  • 2 mesures de riz
  • 5 mesures d’eau
  • 60g amandes hachées ou moulues
  • 1 cc curcuma
  • ½ cc cannelle
  • ½ cc gingembre en poudre
  • 1 cc sel
  • 2 cs huile d’olive

Marche à suivre:

  1. Rincer le riz et égoutter.
  2. Laisser tremper 30 minutes et égoutter.
  3. Chauffer l’huile, puis enrober le riz.
  4. Ajouter l’eau, le sel et les épices.
  5. Cuire jusqu’à tendreté.
  6. Ajouter les amandes et mélanger doucement.

Petits naans nature

Ingrédients:

  • ½ sachet de levure fraiche ou sèche ou chimique
  • 0,1 dl d’eau
  • 300g farine
  • 1 œuf
  • 50g beurre
  • 1 yogourt
  • 1 cs huile d’olive
  • sel

Marche à suivre:

  1. Râper le fromage.
  2. Mélanger la farine, la levure sèche, l’œuf, le beurre, le yogourt et le sel.
  3. Ajouter l’eau pour faire une pâte souple et élastique. Laisser reposer 20 minutes.
  4. Divisez la pâte en 4-5.
  5. Faire des boules et aplatir chaque boule.
  6. Badigeonner d’huile.
  7. Cuire 8 minutes au four à 220°C sur un plaque préparée, avec un récipient d’eau dans le four.

Santa Teresa, Puntarenas, Costa Rica

Quatrième et dernière étape de notre voyage au Costa Rica au printemps 2019. Celle des plus belles plages et de merveilleux couchers de soleil !

(La vidéo est tout en bas).

Depuis Monteverde on prend le minibus, le ferry et de nouveau un minibus pour arriver à Santa Teresa, connue pour ses plages de surf. En attendant le bateau, pourquoi ne pas siroter une noix de coco?

C’est donc ce qu’on a fait, du surf. Ou essayé de faire. C’est très amusant, mais aussi très musclant et il faut bien se protéger du soleil. Attention les cours de surf coutent très chers à Santa Teresa. Cela dit, une leçon est largement suffisante pour comprendre comment ça marche.

Une des meilleures plages de surf se nomme Playa Hermosa (littéralement Plage Belle) et elle est magnifique.

Le village de Santa Teresa se constitue d’environ une route le long de laquelle tout se passe. Commençons par l’estomac: les bons plans « nourriture ».

Pour le matin, il a y un endroit extraordinaire au bord de cette route qui s’appelle « The Bakery » et qui propose des pains perdus à couper le souffle, de délicieux croissants au beurre fourrés de toute sorte de choses (tomate mozzarelle par exemple), des énormes smoothies à ce que vous voulez (yogourt-fraise-banane par exemple), etc.

Ensuite, je vais conseiller deux restaurants et en déconseiller un. Celui que je n’ai pas aimé parce que c’était clairement du réchauffé c’est le Zwart Art Cafe. J’ai donc essayé d’y savourer un burrito. C’était mauvais, mais il faut dire que le cadre est agréable: grande bibliothèque, jolis tableaux aux couleurs pastels et fluo à la fois…

Les deux bons restaurant sont le Burger Rancho et le Habaneros. Dans le premier, bien sûr il y a de bons burgers de toutes sortes, mais aussi du tartare de saumon, du guacamole servi avec un pain fondant à souhait. Le Habaneros est un peu plus cher mais les tables se situent carrément sur la plage au bord de l’eau et les mets sont tous aussi exquis. Sirotez un daiquiri fraise avec, le bonheur!

Au « Burger Rancho »

Nous avons logé de nouveau au Selina, « auberge de jeunesse de luxe » qui existe en deux parties à Santa Teresa (North Selina, South Selina) qui se situent toutes les deux sur cette fameuse route.

Nous avons loué une sorte de voiturette de golf (voir vidéo) mais qu’ils appellent buggy là-bas. Elle nous a emmené plus rapidement dans les plages et surtout à la plage de Malpais. Celle-ci se trouve au bout de la grande route, au bout d’un chemin caillouteux et cache un magnifique spot de snorkeling quasiment désert, où nous avons passé la majeure partie de notre temps sur cette étape.

Donc voilà une manière relaxante et ensoleillée de finir ce voyage bien varié.

Pour conclure et ajouter quelques mots sur le Costa Rica en général, nous avons trouvé que la population semble avoir à coeur la propreté, l’écologie, une belle nature en général. Après, c’est vrai que ce n’est pas un pays bon marché, comme on s’y attendrait d’un pays du tiers-monde. Il est très touristique, mais c’est parce qu’il le vaut bien. PURA VIDA !

Celui-là, ceux-là, celle-là, celles-là: les pronoms démonstratifs (A2)

Une fois acquis les articles démonstratifs, on peut arriver à comprendre que les pronoms démonstratifs reprennent un article démonstratif et un nom. Evidemment, il reste toujours la question du genre. Les exercices suivants permettent de travailler ces différents aspects de la question.

Exercice écrit de base sur les pronoms démonstratifs:

Exercice oral à faire par deux (attention trois pages à télécharger séparément) pour entrainer la question avec « quel/quelle/quels/quelles » et les pronoms démonstratifs mélangés:

Exercice écrit mélangé sur les articles démonstratifs ET les pronoms démonstratifs :

Pakoras d’aubergines avec deux sauces pour l’apéro

Ingrédients :

  • 150g farine de pois chiches (on peut aussi utiliser de la farine de blé)
  • une aubergine moyenne
  • un paquet de coriandre fraiche (beaucoup pour la sauce yogourt et un peu pour la pâte)
  • 2cc de curry (une pour la sauce yogourt et une pour la pâte)
  • 2 cm de gingembre
  • une gousse d’ail
  • 1,5 dl eau froide
  • 1 dl d’eau chaude
  • du sel
  • de l’huile pour la friteuse ou la poêle
  • une tomate
  • 2 cs de yogourt nature
  • 1 cc de cumin
  • 2 cs de tamarin décortiqué (ou de pâte de tamarin)
  • 5 cs sucre
  • du poivre

Préparation:

  1. Peler et râper le gingembre, peler et écraser l’ail, laver et hacher la coriandre.
  2. Dans un saladier, mettre le gingembre, l’ail et un peu de la coriandre.
  3. Ajouter la farine, 1 cc de curry, 1,5 dl d’eau et du sel. Bien mélanger la pâte à enrober.
  4. Laver et couper l’aubergine en rondelles et les enrober de pâte. Frire dans la friteuse ou dans une poêle. Egoutter sur du papier absorbant.
  5. Laver la tomate et la couper grossièrement. La mettre dans un mixeur avec l’autre cc de curry, le grand reste de coriandre, le yogourt, le cumin et peu de sel. Mettre au frais, c’est la première sauce.
  6. Pour la sauce tamarin, écraser le tamarin et le laisser tremper dans l’eau chaude pendant 15 minutes (inutile si on utilise la pâte de tamarin). Passer au chinois.
  7. Chauffer dans une petite casserole le sucre, le tamarin (avec l’eau), un peu de poivre et de sel. Il s’agit de dissoudre le sucre. Bien mélanger, cuire 5 minutes et laisser refroidir.

La boite patchwork SAPIN

Voilà un mini sapin en patchwork à confectionner pour décorer une boite à offrir (en emballage ou en cadeau).

Matériel:

  • une boite en carton à décorer d’environ 11 ou 12 cm (rayon loisirs créatifs)
  • de la peinture acrylique de la nuance souhaitée (ou mélange personnel)
  • trois tissus différents (chutes): un pour les morceaux de sapin, un pour le tronc et un pour les morceaux de neige
  • fil à coudre
  • machine à coudre
  • ciseaux à tissu
  • papier
  • règle et équerre
  • crayon
  • colle

ETAPE 1 : Peindre la boite de tous les côtés, sauf celui où sera collé le patchwork, puis laisser sécher. En deux fois évidemment.

ETAPE 2 : Dessiner les neuf patrons les numéroter comme ci-dessous, puis les découper.

Pièce 1) 2,4 cm x 3,4 cm
Pièce 2) 3,4 cm x 3,4 cm
Pièce 3) 3,4 cm x 3,2 cm
Pièce 4) 3,4 cm x 4,2 cm
Pièce 5) 3,4 cm x 5,4 cm
Pièce 6) 3,4 cm x 5,2 cm
Pièce 7) 3,4 cm x 5,7 cm
Pièce 8) 3,4 cm x 7,4 cm
Pièce 9) 2,9 cm x 11 cm

ETAPE 3 : Dessiner dans le tissu le nombre de fois indiqué chaque pièce, puis découper.

1) 1x en tissu tronc
2) 1x en tissu sapin
3) 2x en tissu neige
4) 2 x en tissu neige
5) 1 x en tissu sapin
6) 2x en tissu neige
7) 2x en tissu neige
8) 1x en tissu sapin
9) 2x en tissu neige

ETAPE 4 : Disposer les morceaux et les faire correspondre comme sur l’image.

ETAPE 5 : Coudre par ligne. Chaque couture se fait par deux morceaux placés endroit contre endroit, bord contre bord, et cousus à 7mm du bord (le bord des tissus touchent le bord droit du pied de biche). Voilà ci-dessous le résultat de cette étape, vu sur l’envers.

ETAPE 6 : Coudre ensuite les lignes entre elles. Chaque couture se fait par deux morceaux placés endroit contre endroit, bord contre bord, et cousus à 7mm du bord (le bord des tissus touchent le bord droit du pied de biche). Voilà ci-dessous le résultat de cette étape.

ETAPE 7 : Couper tout ce qui dépasse et coller le patchwork à la bonne place dans la boite. Et voilààààà !

Articles définis et indéfinis: un, une, des, le, la, l’, les (niveau A1)

Comment expliquer simplement ces articles et leurs emplois ? Voici quelques pistes à travers des explications les plus simples possibles et les exercices correspondants.

La première question qui se pose dès qu’on souhaite utiliser des articles est évidemment de savoir si un mot est masculin ou féminin, quand il ne s’agit pas de personnes. Viennent ensuite seulement l’apprentissage des articles indéfinis, puis définis et finalement, la différence entre définis et indéfinis. C’est à partir de ce découpage que sont classés ces documents.

GENRE DES NOMS INANIMES

Petite liste de terminaisons de mots qui ont (presque) toujours le même genre :

Quelques exceptions à la petite liste:

Exercice à faire avec la liste pour se familiariser avec les terminaisons de mots M ou F:

UN, UNE, DES / LE, LA, L’, LES

Exercice sur les articles définis et indéfinis SéPARéS:

Explication minimaliste des articles définis et indéfinis en question:

UN ou LE ? UNE ou LA ? DES ou LES ?

Exercice en deux pages sur la DIFFERENCE entre définis et indéfinis:

Exercices sur les articles définis et indéfinis:

Petits articles démonstratifs A1

Voici quatre petits documents à télécharger sur les articles démonstratifs pour une petite séance avec des débutants adultes.

Une petite théorie :

Des mini-dialogues dans les magasins, à lire et compléter avec des articles démonstratifs:

Une fiche pour le prof afin de travailler les débuts des articles démonstratifs à l’oral (dans les commerces):

Exercices écrits pour compléter avec des articles démonstratifs:

Monteverde

(La vidéo est tout en bas.)

Troisième étape de notre voyage au Costa Rica: Monteverde, de magnifiques collines verdoyantes, peu de routes goudronnées, beaucoup de verdure et de vent.

Pour y accéder depuis La Fortuna, il est nécessaire de traverser la Laguna de Arenal en bateau et de reprendre un minibus de l’autre côté.

Le village est très petit et n’offre pas grand chose, mais c’est une étape très intéressante au niveau de certaines activités, notamment la très longue tyrolienne superman (fantasticable).

Commençons par l’activité la plus surprenante en bien de cet endroit: le Monteverde Night Tour, qui est, comme son nom l’indique partiellement, une promenade guidée de nuit à la recherche d’animaux de nuit. Et en voit beaucoup ! Nous avons vu notamment des oiseaux, un mère paresseux avec son petit, une tarentule, des papillons de nuit, des chauve-souris, un kinkajou, un tatou…

Une autre activité tranquille à faire dans la forêt tropicale est la promenade des ponts suspendus : en dehors des ponts suspendus, il y a aussi un arbre dans lequel on peut grimper.

La plus célèbre activité de la région est le combo Tyroliennes-Superman-TarzanSwing. Il s’agit d’un parcours dans la forêt composé de plusieurs tyroliennes (baudier standard) à la suite et d’un rappel.
Ensuite, on s’installe couché et suspendu par les pieds et le haut du corps (avec les mains libres) et c’est parti pour une longue tyrolienne superman qui passe au-dessus de la forêt pendant quelques minutes. Impressionnant!
La dernière étape, mais non la moins pleine d’adrénaline est le Tarzan Swing. Le principe: on arrive au bord d’une passerelle, on s’attache à un pendule et on se laisse tomber dans le vide et on finit par se balancer d’un bout du vide à l’autre. Quand j’ai entendu Tom et Jorge crier comme Tarzan j’ai compris pourquoi cela s’appelait Tarzan (et ils n’ont pas fait exprès de crier comme ça…) Du coup, j’ai rebroussé chemin.

Pour finir, une des meilleures activités du Costa Rica est le quad. Les promenades en quad proposées à Monteverde (voir vidéo) sont, selon divers avis, plus libres, plus longues et plus phénoménales que ce qui est proposé traditionnellement dans d’autres endroits/pays.
Cela commence par un test pour voir si l’on arrive à manier le quad, ce qui n’est pas forcément simple. Ensuite, un petit entrainement dans une zone réduite, puis enfin le vrai parcours, la vraie vie: des chemins tordus et pendus à souhait, les grandes routes en terre, les vertes collines, un peu d’eau (lever les pieds!) etc. A ne pas louper, donc !

La Fortuna

Deuxième étape sur quatre de notre périple au Costa Rica. La Fortuna est une sorte de village touristique près du volcan Arenal, qui propose restaurants et activités sportives.

(vidéo en bas)

La deuxième étape de notre voyage nous conduit vers le centre. Nous arrivons en minibus à La Fortuna, près du volcan Arenal, où nous logeons au Selina. C’est une chaine d’auberges de jeunesse qui a aussi un espace coworking, une cuisine, une piscine, un bar, des activités et parfois un restaurant. C’était un endroit très sympa.

La région de la Fortuna est une région pleine d’activités pour touristes, notamment sportives.
Nous avons choisi le canyoning et le rafting pour la journée guidée, puis nous avons fait notre propre itinéraire le second jour avec le trail 68 et la cascade La Fortuna. Voyons ces activités plus en détails.

C’est avec l’agence Desafio que nous avons fait le canyoning et le rafting. Les trajets se font en minibus et à midi nous avons eu un repas de type buffet, vraiment extra, avec seulement des spécialités costaricaines et c’était délicieux.
Le canyoning dans cette région consiste en une randonnée aquatique avec quelques rappels et un saut dans une eau très brune. Il faut dire qu’il n’y avait presque pas d’eau (voir la vidéo) car nous étions à la fin de la saison sèche, donc rien à voir avec le canyoning en Suisse.
Le rafting était très intéressant et nous avions un bon guide qui nous a même parlé des animaux et de certaines plantes qu’on voyait au bord de la rivière pendant notre descente. Au début il y a une petite partie théorique et ensuite on fait du rafting en eau vive.

Le deuxième jour nous nous rendons en taxi au pied du volcan Arenal pour effectuer le trail 1968 (nom qui vient de la date de début de la dernière éruption). En effet, il n’y a pas spécialement de transport en commun qui y mène. L’entrée au « trail » coute environ 15 dollars par touriste ( les locaux ne paient jamais le même prix). C’est un peu bizarre de payer pour faire une randonnée tout seuls, qui d’ailleurs n’est pas très longue, 1h30-2h au maximum. elle fait penser à une promenade dans un jardin botanique car la végétation est assez variée et on marche près des restes de l’éruption et il y a même un petit lac.
Après avoir mangé notre pique-nique à la fin du trail, nous poursuivons en taxi vers la cascade La Fortuna qui est aussi un lieu payant, alors que c’est dans la nature. Alors bon, ils ont construit un escalier de 500 marches, des toilettes, un magasin souvenir etc… pour une petite cascade donc. On s’y est baignés et c’était très froid, mais vu qu’on avait chaud ça passait très bien !

On a réussi à rentrer à pied jusqu’au Selina, pour économiser le taxi et voir du pays :

Il faut dire que La Fortuna est également apprécié pour ses diverses installations de bains thermaux: Baldi, Paradise, Ecotermal, etc.
Toutefois, les locaux se rendent aux thermes naturels dans le lieu qu’ils appellent El Chollin et se baignent dans la rivière chaude.

Puerto Viejo de Talamanca

La côte caribéenne rastafari du Costa rica, première étape sur quatre de notre voyage au Costa Rica avec G Adventures.

(La vidéo tout en bas.)

Puerto Viejo se trouve très proche de la frontière avec le Panama et c’est le seul endroit du pays où l’on nous a dit de faire attention la nuit et de ne pas boire l’eau du robinet.

Etablis au Kaya’s Place, un lodge tout à fait sympa, nous avions une plage de sable noire à portée de main, il suffit de traverser la route et le centre du village rastafari à dix minutes à pied environ.

Dans le village, il y a des sodas (petits restaurants), petits magasins, un supermarché, des locations de vélo, de kayaks etc. Les plats de « casado » (plat typique costaricain) y sont délicieux et particulièrement chez « Lydia’s place ».

Le soir venu, la route principale, qui fait barrière entre les plages et le reste du pays, se transforme en cimetière de crabes. Ceux-ci essayant de rejoindre la mer, la moitié se fait écraser chaque nuit par les voitures. La pluie nettoie tout et le lendemain il ne reste plus rien de ce massacre.

Ah oui, et si vous rentrez le soir du restaurant, il y a de fortes chances de vous faire chatouiller les pieds par ces créatures…

Nous avons loué des vélos et pédalé jusqu’au parc national Manzanillo (encore plus proche de la frontière) qui est précédé d’une magnifique plage. Pour entrer dans le parc, il suffit d’écrire à l’entrée le nombre de personnes qui entrent dans le parc. On s’est promenés un moment là-bas, on a vu des singes, des araignées, des plages de sable blanc désertes, mais quand on a croisé un (petit) serpent sur le chemin, on s’est dit que c’était mieux de rebrousser chemin (vu qu’on s’y connait pas trop en serpents…).

Le jour suivant, nous avons jeté notre dévolu sur l’excusion « Punta Uva Kayaking » qui comprenait une petite randonnée, une petite sortie en kayak sur la rivière et une petite sortie en kayak sur la mer. J’insiste sur les « petites » car les guides, bien que tout à fait sympathiques, n’avaient visiblement pas très envie de travailler et ne nous ont pas emmené vraiment très loin, mais nous avons pu faire les trois activités (que vous retrouvez dans la vidéo).