Via ferrata du Tichodrome, Noiraigue

Il s’agit à ma connaissance, de la seule via ferrata de cette région (Neuchâtel-Jura-Seeland), du côté suisse. Attention, cette via est fermée les six premiers mois de l’année pour laisser les oiseaux en paix.

L’accès :

On a tourné en rond pendant deux heures avec la voiture pour la trouver…

Alors en fait, il y a DEUX moyens de l’atteindre.

La première solution (moins de marche) est de se parquer sur le parking du restaurant du « Haut de la Côte », ce qui est autorisé. Pour le GPS, il se situe sur le territoire de la commune de BROT-PLAMBOZ (information qui nous manquait à nous!). On redescend la route asphaltée ensuite sur un petit bout jusqu’à la via ferrata. Le retour de la via est indiqué (plus ou moins, mais on se débrouille).

Google maps

La deuxième solution (un peu plus de marche) est de se parquer à Noiraigue et trouver le sentier pédestre officiel balisé jaune qui monte jusqu’au départ de la via ferrata. Pour le retour, on redescend jusqu’au départ de la via, puis jusqu’à Noiraigue par le même sentier pédestre.

schweizmobil.ch

La via ferrata :

La via ferrata est très facile, il s’agit d’une sorte de chemin creusé latéralement dans la roche, vertigineux et avec une belle vue sur Noiraigue, mais uniquement sur Noiraigue. C’est vraiment qu’un seul flanc de la colline.

C’est une via ferrata pour débutants et il est à noter qu’il y a un passage à deux hauteurs: des échelons pour les adultes et des échelons pour les enfants un peu plus bas.

Balade à Oeschinensee

Comment se rendre au lac d’Oeschinen, depuis Kandersteg, dans le Kandertal (vallée de Kander).

Depuis le centre de Kandersteg, il faut suivre les panneaux jaunes qui indiquent « Oeschinensee », il y a plusieurs chemins parallèles possibles. Ils suivent la rivière puis montent jusqu’au lac.

Depuis le haut du sentier, on peut voir le versant de Kandersteg sur lequel est construite la via ferrata de Kandersteg qui mène à l’Allmenalp (alpage d’Allmen) que l’on voit très bien ici.

Une fois au lac d’Oeschinen, notons qu’aucune chemin ne fait le tour du lac, on peut soit le longer sur la droite, soit le longer sur la gauche. On peut y apercevoir une cascade sur le chemin du haut. On peut aussi pique-niquer au bord du lac.

Passé le lac, ce sont des chemins alpins.

Pour redescendre, évidemment on peut reprendre le même chemin, mais il est plus intéressant de monter jusqu’à la station supérieure de la cabine et de prendre le sentier qui redescend de ce côté-là. On en profitera pour admirer les marques du « brassage » laissé sur la roche.

Une petite vidéo pour finir !

Via ferrata de Zittergrat et Brunnistöckli (Engelberg)

Deux en une ! Mais avec le Rigidalwand juste derrière pour ceux qui ont encore très faim!

Accès et prix
Il y a un parking à la station inférieure de Brunni, à Engelberg. L’accès se fait en téléphérique, puis en télésièges. L’aller-retour coute 44 francs.
À l’arrivée du télésiège, il y a un plusieurs panneaux qui expliquent tout sur les soi-disant « 4 » vie ferrate (voir précisions ci-dessous).

Parcours
La via Zittergrat (1h en tout maximum) est difficile, verticale, avec des pieux et de petits dévers, mais pas très longue.
La via Brunnistöckli (1h environ) est une via d’initiation, très facile. Il n’y a pas beaucoup d’échelons mais elle n’est pas verticale.
Les deux se rejoignent au sommet et proposent un pont de trois brins. À la suite de cela, on peut soit redescendre au départ, soit continuer en direction de la Via Ferrata Rigidalstock, qui met plusieurs heures de plus et avec beaucoup de dénivelé.
Je ne l’ai pas faite (peur de louper le télésiège de retour), mais pour information, la partie de gauche est la plus difficile (difficulté normale il me semble) et la partie de droite est plus facile et est aussi le chemin de descente de ces deux parties!

Via ferrata d’Evolène

Elle est super, dommage qu’elle soit si loin !

Accès et prix
C’est entièrement gratuit.
En arrivant à Evolène, il faut suivre la route qui indique Les Haudères (à gauche en principe), mais s’arrêter quand on arrive au parking qui a les panneaux Via Ferrata. A partir du parking, il ne faut pas prendre le chemin qui est le plus proche parce que c’est celui du retour. Le chemin d’approche est indiqué avec un panneau Via ferrata avec une flèche.

Durée
La marche d’approche dure 5 minutes environ, la via ferrata 1h environ et la descente 20 minutes.

Parcours
Il y a quelques dévers sérieux dans la partie 1 et 3, mais courts et avec énormément d’échelons (pour une fois qu’il n’y a pas besoin de mesurer deux mètres pour passer), rien d’impossible. Echappatoires à chaque partie, si jamais. À la fin, il y a un filet de métal, amusant. La descente est sécurisée aussi. C’est sympa.

Via ferrata Krokodil (Göschenen)

Une petite via ferrata aérienne avec beaucoup beaucoup de marche.

Accès et prix
Il faut se rendre au Göscheneralp, à Göschenen. Le parking a un prix normal, c’est la seule chose à payer.

Panneau d’accueil au Göscheneralp

Durée
À pied, il faut suivre « Bergseehütte » , donc la cabane du lac de montagne. Il ne faut pas bifurquer avant de l’avoir atteinte. Depuis la cabane, un chemin Klettersteig (via ferrata) mène directement au départ. Cette marche d’approche dure environ 2h30 (à ma vitesse en tout cas).
La via ferrata elle-même dure 1h-1h30 à tout casser. La descente se fait par le même chemin, environ 2 heures.

Les deux bosses de la via ferrata

Parcours
La via ferrata est très au contact de la roche, il n’y a quasiment rien à part le câble de sécurité. Quelques échelons que l’on peut compter sur les doigts de la main, ça vaut la peine de prendre les chaussons d’escalade si on veut éviter de tirer sur le câble (qui n’est pas fait pour ça rappelons-le…)
Il y a un petit pont qui fait sentir bon l’altitude. Il est contournable, mais je ne vois pas qui ferait quatre heures de marche pour venir ici et ne pas faire le pont….!

Via ferrata Fürenwand (Engelberg)

C’est une longue via variée et verticale comme on les aime avec peu de marche d’approche et un petit téléphérique pour descendre.

Accès et prix
On se parque au parking du téléphérique de Fürenalp qui coute 5 francs. Il y a une autre option, c’est de se parquer au pied de la via. Dans ce cas-là, il faut prendre la route qui coute 5 frs (devant le téléphérique) et se parquer au parking suivant.

Durée
Depuis la station inférieure du téléphérique, l’approche se fait en 15 minutes. Prendre direction le champ de vaches puis, à la sortie du champ de vaches, prendre à gauche au panneau Klettersteig.
La via dure 2h-2h30 environ.
Le retour se fait soit en téléphérique (le billet coute 14 francs), soit à pied (1 ou 2 heures je suppose).

Parcours
La via est super! Elle est plutôt difficile on va dire, car il y a peu de vrais « échelons », beaucoup de pieux, en plus ils sont courts et certains sont pliés vers le bas (chute de pierres ou éléphants qui sont passés par là). Elle est très verticale, mais il n’y a pas de dévers. Ensuite, il y a une petite douche tout à fait bienvenue par grande chaleur, attention à ne pas glisser. Finalement, une super échelle de câble volante, vraiment cool!

Via ferrata Diavolo (Andermatt)

Accès et prix
On peut se parquer à la gare d’Andermatt. Nous, on s’est trompés et on a payé 10 balles de parking au Radisson… Bref, parquez-vous à la gare. Ensuite, il faut marcher jusqu’au pont du Diable, admirer les chutes du Reuss et arriver au mémorial de Souvorov. Tout est au même endroit c’est très simple. Ensuite, il faut enjamber le muret du mémorial et le câble est là.

Durée
Approche 10 minutes depuis la gare. La via ferrata dure 2h-2h30 c’est assez sympa. Le retour à Andermatt dure 1h30 et descend à travers la forêt et arrive directement à la gare, en passant à côté d’une piste d’entrainement d’été de bobsleigh (d’où les bruits étranges qui résonnent dans la montagne je suppose).

Parcours
La via n’est pas verticale, elle est facile. Il y a énormément d’échelons et la plupart sont plutôt en forme de fer à cheval. Il y a un drapeau suisse au sommet et une vue magnifique sur des falaises d’escalade et sur les gorges du Schöllenen avec le pont du Diable.

Bonus: ci-dessous un petit avant (18ème siècle)/après (2020).

Via ferrata Gantrisch

Alors comme son nom l’indique, il s’agit de monter au sommet de la montagne qui s’appelle Gantrisch, d’où on a une vue extraordinaire. Dans l’ensemble, ça ressemble un peu au Moléson, sauf que la via de Gantrisch est un moins longue et évidemment elle est moins chère (prix du parking).

Accès et prix

Il y a un arrêt de bus qui s’appelle Wasserscheide. Il semble être sur la commune de Rüschegg (pour le GPS), sur la route Selibühl Gurnigel.
La route est longue, sinueuse et perdue dans la nature, mais tout d’un coup, on commence à voir plusieurs petits parkings, puis enfin l’arrêt de bus Wasserscheide. Ensuite, il y a une « route » qui part à droite en arrière et qui mène à un grand parking carré. Ce parking-ci est vraisemblablement le plus proche de la via ferrata.
Il vous en coutera 5 francs, sauf si vous pensez rester moins de 4 heures. C’est la seule chose à payer là-bas (sauf si vous vous arrêtez au bistro qui est sur le chemin d’approche et de retour!).

Durée

La marche d’approche dure environ 1 heure (je ne sais pas qui est le géant qui a écrit 20 minutes sur un célèbre site…). Elle se fait quasiment tout du long dans un champ de vache, donc vous êtes surveillé par ces dames et parfois même suivi.

La via ferrata elle-même dure environ 1 heure aussi et est assez variée, beaucoup d’échelons, quelques pieux, des échelles en alu et des échelles de cordes en métal. Du rocher, de l’herbe, un peu de tout.

La descente se fait derrière par le chemin de montagne qui va rejoindre le chemin d’approche. Donc environ 2 heures.

Notons que pour les chemins de retour et d’approche je suis un peu lente, mais pas pour la via.

C’est une via ferrata en pleine nature, avec un panorama exceptionnel. On voit depuis là-haut la ville de Thoune, le lac de Thoune, le lac de Neuchâtel, le lac de Morat, etc.
C’est une via « accompagnée »…. de dizaines de vaches et tout le reste du peuple de la nature: guêpes, abeilles, bourdons, moustiques, autres sortes de trucs qui piquent, etc. Et gare à vous si vous sortez ne serait-ce qu’un sandwich ! On les « sent » sur la vidéo.
La végétation elle aussi est luxuriante du bas jusqu’en haut, malgré les pierres: une jungle colorée.

Notons aussi la faune des toilettes sèches: une bonne dizaine de mouches qui sortent du trou quand vous avez fini votre affaire…

Bonus: il semble y avoir plusieurs bunkers (ou un réseau labyrinthe) dans la montagne. On est entrés dans le trou à gauche (ci-dessous) mais on n’avait pas de lampe frontale alors on n’a pas tout exploré…

Tableau de rangement en tissu

Pour la salle de bains ou la chambre, la cuisine ou l’entrée, ces quelques poches accrochées pourraient être utiles.

Voilà ce qu’il faut pour faire le tableau en tissu :

  • le patron de la petite poche à imprimer ci-dessous en A4 ou à dessiner soi-même
  • un rectangle en papier de 43 cm x 18 cm (grande poche)
  • un rectangle en papier de 43 cm 20,5 cm (les fonds)
  • différents tissus (au minimum deux)
  • quelques restes de ruban ou de biais
  • fil à coudre
  • ciseaux
  • machine à coudre
  • épingles
  • règle

Les pièces

  1. Choisir les tissus pour chaque pièce et les rubans (pour les poches et pour les crochets).

2. Epingler et dessiner autour du patron du rectangle de base dans deux tissus différents et découper.

3. Epingler et dessiner autour du patron du grand rectangle dans un autre tissu et découper.

4. Epingler et dessiner autour du patron de la poche ronde dans trois tissus différents (ou trois fois le même) et découper.

5. Découper des rubans adaptés aux poches, environ 11 cm.

6. Découper des rubans d’environ 20 cm pour les crochets.

Coudre le fond

7. Poser l’endroit du premier rectangle contre l’endroit du deuxième. Epingler.

8. Coudre à 1 cm (avec les marche-arrières) sur un seul des grands côtés.

9. Marquer les plis des bords à 2 cm sur l’envers et repasser le pli à 1cm.

10. Coudre à la largeur du pied de biche les ourlets tout le tour du panneau.

Coudre les trois petits poches du haut

11. Epingler et coudre les trois rubans en haut des trois petites poches.

12. Epingler les ourlets des poches avec de nombreuses épingles, puis épingler les poches sur le panneau du haut.

13. Coudre les poches à 1-2 mm du bord sur le panneau sauf là où il y a le ruban.

Coudre les trois grosses poches du bas

14. Replier le bord du tout grand rectangle sur 1cm et coudre l’ourlet à la largeur du pied de biche ou 0,5 cm.

15. Marquer le tiers et les deux-tiers du tout grand rectangle en mettant des repères avec des épingles, comme sur la photo (calculer avec une règle).

16. Epingler le grand rectangle sur la partie du bas du panneau. Coudre verticalement entre les repères.

17. Epingler ensuite tous les côtés en les repliant sur environ 0,5 cm. Attention aux replis des intersections.

18. Coudre le tour sauf en haut pour les ouvertures.

Coudre les attaches

19. Plier les rubans en deux et les fixer au panneau en trois endroits calculés à l’avance (gauche, milieu, droite) à l’aide d’une couture.

Quelques travaux des élèves :